L'évolution du climat

Les travaux pour comprendre et anticiper le changement climatique

  1. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)
  2. La modélisation numérique du climat
  3. Les conclusions du Giec en bref
  4. 5e Rapport du GIEC : une nouvelle approche
  5. Pour en savoir plus sur le changement climatique

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), IPCC en anglais, a pour premier objectif d'évaluer pour le compte de la communauté internationale l'information scientifique, technique et socio-économique relative au changement climatique, ses impacts et les différentes options pour l'atténuer ou s'y adapter.

Créé en 1988 par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), ouvert à tous leurs membres, il regroupe 170 pays. Le Giec s'appuie sur des  travaux scientifiques dans le domaine de l'évolution du climat réalisés par des météorologues, des océanographes, des glaciologues, des biogéochimistes, des astronomes, des hydrologues, des agronomes, des économistes, des géographes, des géologues et par des spécialistes de bien d'autres disciplines.

Le travail d'évaluation du Giec s'apparente à celui d'une gigantesque revue scientifique internationale se traduisant par la publication d'une série de rapports tous les cinq à six ans : 1990, 1995, 2001, 2007 et 2013. Consulter le cinquième rapport sur le site de l'IPCC.

Une série est constituée de quatre rapports, trois associés à un groupe de travail particulier et un rapport de synthèse. Les trois groupes de travail mis en place sont:

Groupe 1 : évaluation exhaustive des éléments scientifiques des changements climatiques.
Groupe 2 : conséquences, adaptation et vulnérabilité.
Groupe 3 : l'atténuation du changement climatique.

Le bureau du Giec joue le rôle de comité éditorial, il regroupe une trentaine de scientifiques élus par l'assemblée plénière des représentants des États membres. Pour chacun des rapports des groupes, le bureau sélectionne les auteurs et les relecteurs, selon un double critère d'excellence scientifique et de diversité géographique. Les commentaires scientifiques de représentants gouvernementaux ou d'ONG sont aussi sollicités. Toutes les remarques de ces derniers et des relecteurs sont transmises aux auteurs. Les auteurs écrivent alors une deuxième version qui fait l'objet d'une autre relecture critique, de nouveau prise en compte par les auteurs. C'est cette troisième version du texte qui forme le rapport final, adopté par le Giec.  Les points de vue divergents mais scientifiquement fondés sont clairement indiqués dans le projet de texte. Parallèlement à la version finale, un résumé conforme au contenu de chaque rapport, est rédigé par les scientifiques . Les résumés sont approuvés ligne par ligne par les membres du bureau avant d'être présentés et officiellement approuvés par une assemblée plénière du Giec rassemblant  l'ensemble des délégations gouvernementales et des scientifiques rédacteurs de la série de rapports. Les auteurs présents ont pour rôle de s'assurer que les résumés restent bien conformes au contenu scientifique des rapports. En cas de désaccord persistant sur l'un des aspects des résumés, une note indique que tel gouvernement désapprouve cet aspect.