L'atmosphère

Les satellites météorologiques et leurs orbites

  1. Satellites géostationnaires
  2. Les satellites météorologiques à défilement
  3. Le réseau mondial des satellites météorologiques

Satellites géostationnaires

 Meteo France
Principe d'acquisition des images Météosat
 

L'orbite des satellites géostationnaires se trouve dans le plan équatorial de la Terre à une altitude de 35 786 km. De ce fait, ils tournent à la même vitesse angulaire que la Terre. Ils sont donc fixes par rapport à un observateur situé sur la Terre et "voient" ainsi toujours le même disque terrestre entre le 72° S et le 72° N.

Ils ont l'avantage de fournir des images de vastes portions de la surface terrestre et de l'atmosphère, mais présentent l'inconvénient qu'un seul satellite géostationnaire ne suffit pas pour observer toute la Terre.

Par ailleurs, les régions polaires leur sont hors de portée.

 Meteo France

  Les principaux satellites géostationnaires dans le monde © CMS

Couverture mondiale par satellites géostationnaires

Satellites

Positions

Zones surveillées

Météosat 10 (MGS 3)

Météosat 8 et 9 (MSG 1 et 2)

0° est/ouest

à l'est de MSG 3

Europe, Afrique, Atlantique est

en complément et en secours de Météosat 10

Météosat 7

57,5° est

Océan indien, Asie

Goes ouest

135° ouest

Pacifique central

Goes central

75,5° ouest

Pacifique central

Goes est 60° ouest Atlantique ouest, Amériques, Pacifique est

MTSAT

140° est

Extrême-Orient, Océanie, Pacifique ouest

METSAT

83° est

Inde

FY-2

105° est

Chine

Les satellites géostationnaires. Situation en 2013

Intérêt des satellites géostationnaires pour les météorologistes

Grâce aux instruments embarqués, le satellite indique, chaque demi-heure ou chaque quart d'heure pour les plus récents (MSG), où se trouvent les principales masses nuageuses : perturbations des latitudes tempérées, systèmes orageux, cyclones tropicaux… et quels types de nuages les composent. Comme le satellite surveille toujours la même partie du globe terrestre, on peut animer une séquence d'images, ce qui donne une idée très précise de l'évolution des masses nuageuses. Ces satellites permettent donc la surveillance et la prévision des phénomènes dangereux comme les cyclones tropicaux, les tempêtes ou les orages.